Un jour, un shinigami descendit sur Terre.
 

Chanceux comme un vendredi 13 { Castor

Backup
Backup
Messages : 21
Camp ? : Globalement pour Kira.
Chanceux comme un vendredi 13 { Castor Sam 5 Jan - 16:25

C'était étrange, tout à fait incongru, même.

Aujourd'hui, Beyond Birthday avait un rendez-vous tout à fait normal et probable. Il allait se comporter de la même manière que n'importe quel citoyen lambda qui avait besoin d'argent et pourtant, Dieu savait à quel point il n'était pas normal.

Il y avait quelques jours, l'homme avait posté une petite annonce sur un site de recherche de colocataire. Ce n'était pas pour en faire du saucisson, ni pour l'enfermer dans sa cave, c'était juste que certains mois étaient compliqués à boucler et qu'il ne pourrait s'en sortir « légalement » dans cette grande métropole qu'était Tokyô sans partager son appartement.

En prévision de cette visite, il avait tout de même nettoyé son appartement du mieux qu'il l'avait pu, avait orienté son télescope vers un autre endroit que sur la fenêtre de la voisine d'en face et avait arrangé la seconde chambre de manière à ce qu'elle paraisse agréable à vivre. L'appartement en lui-même n'était pas trop laid, si ce n'était le quartier dans lequel il se trouvait, réputé pour être un point de repère pour tous les dealers du coin. De toute évidence, les appartements avaient un loyer assez bas comparés à ceux qui se trouvaient dans les quartiers fréquentables. Beyond Birthday, évidemment, n'en avait rien à faire, il les avait déjà vu, ces petits voyous et il savait qu'ils n'avaient rien dans le cerveau.

Parfois, avant de se coucher, il songeait de nouveau à sa série de meurtres. Il se disait qu'il n'aurait sûrement pas pu faire mieux en y pensant plus, mais qu'il ne tuerait sans doute plus jamais, à part si L revenait, bien sûr. Il était d'assez bonne humeur, ces derniers temps, il avait retrouvé Billie et travaillait avec elle. Il avait également un contrat avec la mafia locale qui lui rapportait de quoi payer le loyer en livrant des colis à des gens plus ou moins louches. B n'ayant aucune éthique ou morale, faire ce genre de travail ne le dérangeait le moins du monde. Sur sa porte, il avait même écrit qu'il était détective, mais ce n'était qu'une couverture de plus, desfois que sa chère sœur trouve son logement.

Depuis ce matin, trois personnes étaient venues pour visiter l'appartement. Tous les trois ne convenaient pas, bien évidemment, pour des raisons assez obscures liées à l'apparence. Le quatrième devrait arriver prochainement et B espérait que le type allait convenir, au risque dans la négatif de passer à des contrats un peu plus dangereux avec la mafia, lesquels impliqueraient sûrement des assassinats qui risqueraient de le mettre dans la visée de Kira.

Lorsque la sonnette vibra, il se leva et alla ouvrir la porte.

« Enchan- », il fronça les sourcils. « -té. »
Voir le profil de l'utilisateur
Castor
Castor
Messages : 7
Camp ? : journaliste au cavalier noir.
Re: Chanceux comme un vendredi 13 { Castor Dim 6 Jan - 18:37

Le skate glisse tranquillement sur le trottoir. Le gosse évite un groupe de jeunes au dernier moment, presque étonné de ne pas les entendre l’insulter. Le Japon est un endroit bizarre. Le gamin n’a pas connu grand-chose dans la vie à part son pays natal et l’orphelinat où il a vécu depuis près de dix ans. Alors débarquer à Tokyo, c’est improbable. La ville paraît bien trop grande, bien trop importante, bien trop différente. Il a du mal à se dire que c’est là qu’il va vivre – son nouveau chez-soi le temps de l’affaire Kira. Castor a un sourire victorieux – il ne pensait pas réussir à se faire affecter ici. La confusion qui a suivi la mort du grand détective a d’ailleurs joué en sa faveur.

L’immeuble devant lequel il s’arrête pourrait ne pas donner envie. Heureusement, Castor n’a jamais été difficile et il entre sans s’arrêter sur les détails de la façade. Ses yeux se posent sur l’adresse qu’il a notée la veille. Le gosse n’a pas le choix, il doit bien trouver un endroit où vivre. Face aux milliers de choses à faire, Roger est un peu débordé. Il lui a donc confié la lourde tâche de se trouver une colocation tout seul. Il a toujours été débrouillard comme gamin, ça lui sert aujourd’hui. Bien sûr, il pourrait se plaindre, il pourrait crier à l’injustice. C’est certain que Mello ou Near n’ont pas eu à se débrouiller seuls pour trouver où vivre, mais à quoi bon se plaindre. Il est ici, et il a hâte de rencontrer ce fameux détective Barke. Il appuie sur la sonnette une fois. Il aurait peut-être dû mieux s’habiller, mais faire bonne impression n’est pas dans ses priorités – il a quatorze ans tout de même, il faut pas trop lui en demander.

— Salut, je suis là pour- Le gamin s’arrête en plein milieu de la phrase. Il doit être en train de rêver, la personne en face de lui ne peut pas être celle qu’il pense. Backup ? C’est une blague ?

Castor se retient d’avoir un mouvement de recul. Comme certains, il a connu l’homme à l’orphelinat – pas longtemps, certes, mais assez pour qu’il le reconnaisse. À cet instant, il devrait s’enfuir, la personne face à lui est considérer comme un psychopathe avéré, et lui un simple gamin sans le moindre renfort. Mais il n’est pas du genre à abandonner, encore moins à avoir peur. Si Backup a échoué ici, dans cette même ville où l’enquête sur Kira est menée, ce n’est pas une coïncidence et il n’y a pas besoin d’être un génie pour le deviner. Alors Castor n’hésite pas longtemps. Cet appartement lui plaît d’autant plus.

— Bon, tu me fais visiter ? À moins que tu préfères que Roger apprenne que tu t’es installé à Tokyo. Faire chanter un tueur n’est pas l’idée du siècle, mais sa mort ferait forcément place à une enquête, et il est quasiment sûr que l’homme face à lui n’a pas envie d’attirer les soupçons.
Voir le profil de l'utilisateur
Backup
Backup
Messages : 21
Camp ? : Globalement pour Kira.
Re: Chanceux comme un vendredi 13 { Castor Dim 6 Jan - 20:59

Le garçon qui se tenait en face de lui était de la Wammy's House, il en était sûr. Il l'avait assez côtoyé pour en être certain, et le nom qui venait de s'afficher au-dessus de sa tête ne faisait que lui confirmer ce fait.

Il aurait pu réagir violemment et l'entraîner dans l'appartement pour lui faire subir un sort que nous n'avez pas envie de lire, mais au lieu de cela, Backup se comporta pour un être humain normal. Normale, comme la réaction de Castor à son sujet, alors même que le gosse savait qu'il avait tué aux moins trois personnes différentes, dont un enfant. Ça, c'était pas normal, à sa place, il aurait déjà hurlé de terreur.

Beyond se recula légèrement pour le laisser rentrer, trop interloqué pour dire quoique ce soit dans l'immédiat ou pour encaisser le chantage lié à Roger. Oh, si seulement il savait que Roger était le cadet de ses soucis. Lorsqu'on était un serial killer mondialement connu qui venait de s'échapper de l'asile psychiatrique, un directeur d'orphelinat était très franchement le cadet de ses soucis. Sa sœur, car elle serait prévenue à un moment ou un autre, en revanche, l'était beaucoup plus, Kira également.

« Roger. Haha, Roger. Je l'avais oublié, lui. », mentit-il. Il n'avait pas oublié Roger, évidemment. Personne ne pouvait oublier Roger, surtout lui qui avait été tant meurtri par le système sanguinaire de la Wammy's House. La perte de son meilleur ami l'avait même amené à réfléchir au tout début, à tuer tous les responsables, de prêt ou de loin, de ce suicide avant de se rabattre sur sa cible, L, et d'un moyen plus intelligent pour le discréditer.

Backup s'avança vers la table ronde qui trônait au milieu du salon et lui désigna de la main les petits fours. Castor venait sûrement de loin, et même si en toute honnêteté, il se fichait complètement de son état de santé, il préférait qu'il ne meure pas de faim, pas tout de suite : ce n'était pas l'heure.

« Je te serai redevable de ne plus m'appeler Backup. Ce n'est plus mon nom et cela ne l'a jamais été. Je suis Beyond. Beyond Birthday. Et devant le commun des mortels, Barke. C'est tout. », insista-t-il.

C'était drôle car il venait de renvoyer les trois potentiels colocataires qui avaient candidaté avant pour des raisons plus ou moins obscures. Castor aurait sûrement la place, il ne se sentait pas de le renvoyer dans le chaos de Tokyô et au moins, il le savait : il ne pourrait pas tomber sur pire que lui, non ?

L'appartement commençait à vieillir, les papiers peints étaient tous défraîchis, mais c'était chez lui. Il y avait une bonne connexion internet et les voisins ne faisaient pas beaucoup de bruit : il n'en demandait pas beaucoup plus.

« Donc...Castor, c'est ça ? », fit-il en se grattant la tête. « Je vais te faire visiter l'appart'. Trois règles ici. 1 : tu touches pas à mes médocs, c'est dangereux sans ordonnance. 2 : tu fourres pas ton nez dans mes affaires au risque de graves démêlés avec la mafia. Tu veux vivre, je te le jure, et ce n'est pas ton heure. 3 : Tu évites de m'appeler Backup, bon sang ! »

Grand sourire.

« Tu vas bien t'entendre avec les voisins, toi. Ça va faire l'ambiance...Ramène pas la princesse dans le secteur par contre, elle sait pas que je crèche ici. »


Voir le profil de l'utilisateur
Castor
Castor
Messages : 7
Camp ? : journaliste au cavalier noir.
Re: Chanceux comme un vendredi 13 { Castor Lun 21 Jan - 22:30

Le gamin garde son skate à la main. Son courage n’a pas de limite, mais il n’est pas stupide au point d’abandonner la seule arme à sa disposition si les choses tournent mal. Son regard se pose tour à tour sur les petits détails de l’appartement. L’activité lui paraît bien plus intéressante que de surveiller inlassablement que son hôte ne prend pas un couteau pour le tuer par-derrière. Il est d’ailleurs persuadé que cette attitude pourrait lui permettre une très agréable colocation avec le psychopathe. Castor n’a pas prévu de partir. Un appartement délabré, la compagnie de celui qui doit faire cauchemarder tous les enfants de l’orphelinat et la promesse d’échapper à un tuteur chiant à mourir : le gosse a désormais l’impression d’être au paradis.

— T’as bien de la chance. Il m’oubliera avant que je l’oublie. Ce mec n’en a que pour ceux en haut de son précieux classement. Il se pose dans le canapé avec un grand sourire en observant les petits fours. Quelques secondes plus tard, l’un d’eux connaît un sort tragique au fond de sa bouche. Arpenter la capitale japonaise lui a donné faim, sans parler de ce terrible voyage. Beyond ? Ça marche.

Le gamin parle presque la bouche pleine et finit par avaler sa dernière bouchée. L’anxiété d’être dans la même pièce que lui ne diminue pas plus qu’elle augmente. Castor ne croit pas en certaines vérités. Personne n’est réellement mauvais ou réellement bon. Beyond Birthday doit faire partie de ces personnes qui oscillent entre les deux.

— C’est vrai ? Je peux rester alors ? Aucun autre gamin que lui se serait autant extasié devant cette nouvelle. Sauf que Castor aime vivre dangereusement, et c’est pourquoi il ne s’enfuit même pas à l’annonce des liens de l’ancien tueur à la mafia locale. Après tout, il est bien placé qu’on fait tout pour survivre. La mafia ? C’est vrai qu’ils ont des tatouages de dragons partout sur le corps ici ? Sa curiosité n’a aucune égale, mais il préfère poser ce genre de question que réagir sur les stupides règles qu’il a déjà intégrées. Il est peut-être le dernier du classement, il n’en reste pas moins un petit génie.

Voir le fameux Beyond Birthday sourire pourrait être une expérience terrifiante. Ce pourrait être un choc, un événement qui pourrait pousser un gamin innocent à prendre la fuite. Pourtant il reste. Castor a vécu des choses bien plus traumatisantes dans sa vie, et ce n’est pas à un simple sourire qu’il va réagir. La nouvelle qui suit, par contre, a failli le faire hurler.

— Quoi ? Attend ! T’es sérieusement en train de me dire que Mello est notre voisin ? Notre voisin parce qu’il ne compte pas une seconde partir de cet adorable appartement, et Mello parce que c’est la seule, l’unique et la plus belle princesse qu’il connaît.
Voir le profil de l'utilisateur
Backup
Backup
Messages : 21
Camp ? : Globalement pour Kira.
Re: Chanceux comme un vendredi 13 { Castor Dim 27 Jan - 17:48

En l'entendant parler de la mafia, Beyond ricana. Ils n'avaient pas tous des tatouages, mais c'était le cas pour la plupart : l'image qu'on se faisait d'eux n'était pas usurpée.

« C'est ça, mon chou. Et ils ont souvent de la guimauve à la place du cerveau. C'est prouvé scientifiquement. », ajouta-t-il, amusé.

Il aurait sans doute eu des ennuis s'il avait été surveillé, mais ce n'était pas le cas ici : il pouvait donc dire ce qu'il souhaitait et surtout, ça faisait bien longtemps qu'il n'avait plus peur de personne. B pensait tout de même qu'un de ces jours, il lui faudrait régler l'épineux problème du nom de Roger. Il remettait ce souci à plus tard, mais ce serait sûrement inévitable, juste pour éviter qu'il continue à exploiter des dizaines et dizaines d'enfants comme Castor. Pauvre gosse, ils avaient sans doute tous la pétoche de lui, mais lui plus que les autres se rendait compte de l'horreur que représentait la Wammy's House.

« Euh. J'ai dit que tu pouvais commencer à bouffer ? Si t'es là, c'est pour visiter, me semble. Et tu vas payer comment le loyer ? Parce que je te signale que si t'attire ces enfoirés de l'orphelinat, je te ferais gentiment la peau... » , fit-il à l'adresse de Castor qui semblait déjà s'être fait un cas du canapé, et surtout qui était en train de piocher dans sa réserve de petits gâteaux achetés justement pour avoir l'air sociable.

Il croisa les bras pendant quelques secondes, attendant que son « invité » daigne se lever et suivre la visite normalement prévu. Sans regarder s'il l'avait fait ou non, il continua machinalement la visite, entrant dans les différentes pièces jusqu'au bureau : là où il entassait des trucs plus ou moins légaux et, surtout, où il y avait le télescope. Il n'ajouta rien concernant cet outil plutôt atypique, surtout dans la maison d'un tueur qui n'avait jamais montré le moindre signe intéressé concernant l'astronomie. Une fois fini, il se retrouva vers son futur colocataire et accepta de lui communiquer ses informations sur cet « étonnant » voisin.

« Donc, Mih-la Princesse. Elle a élu domicile dans le Royaume d'en face. Elle loge avec le garçon à lunettes chez une flic alliée à L. Je me fais passé pour le moment auprès d'elle pour un détective, mais je m'arrange pour ne pas rencontrer les garçons en face. Donc, si tu es amené à les voir, évite de gaffer, j'en serai très mécontent...J'aimerai éviter l'attention sur moi autant que possible. »

Grand sourire. Il attrapa un verre, le remplit d'eau et avala d'un coup sec deux anti-douleurs se trouvant initialement dans sa poche.

« Evite de te mêler de mes affaires, en fait, en général. »
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Chanceux comme un vendredi 13 { Castor

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier
» [Photoshop] Détourez comme un pro.
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG :: Tokyô :: Les quartiers de la nuit :: Barke & son-
Sauter vers: