Un jour, un shinigami descendit sur Terre.
 

Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N

Mello
Mello
Messages : 143
Camp ? : L
Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N Dim 13 Jan - 21:18

L'humeur de Mello n'était pas au beau fixe. On aurait même pu dire qu'elle était tout à faire variable et dépendait de tout ce qui l'entourait. Ces derniers temps, elle s'était un peu arrangée avec la collaboration de Matt et la confiance toute entière qu'il lui avait accordée pour l'affaire Kira, mais qui disait Near disait potentiellement emmerdes en vue.

Mello détestait aller devoir rendre des comptes à Near. Il haïssait plus que tout son petit air suffisant et s'il ne détestait pas encore plus Kira, il l'aurait certainement vendu depuis longtemps. Il était comme ça, le blond, mais à l'intérieur, quelque chose en lui ne désirait pas la mort de Near. Au contraire, il ne l'aurait jamais avoué à haute voix, mais sa présence l'intéressait et le poussait à faire au mieux...même si c'était énervant.

Il avait tout de même encore en travers de la gorge de message de Roger où il avait vraiment eu l'impression d'avoir été mis de côté comme une vieille chaussette, mais avouait sans crainte que Near avait sûrement bien mérité ce trophée, même si la joie à ce genre de moment était assez mal venue.

En réalité, le blond était assez mal. Il avait le cœur en bouillie, partagé par des sentiments contradictoires. Il avait accepté de rejoindre la ligue criminelle Uso malgré tout ce qu'ils avaient fait au parc et le fait qu'il ait abattu un de leurs membres. Mello voyait du potentiel dans cette organisation et avec l'aide de quelques alliés bien placés, il savait qu'il pourrait vite monter en grade. Ce ne serait pas facile, mais il devrait le faire pour s'endurcir. Une fois au sommet, il pourrait facilement lutter contre Kira car, de toute évidence, ceux qui l'étaient en ce moment n'étaient pas du tout aptes à le faire.

Il descendit du bus qui l'avait mené jusqu'ici et continua sa route à pied jusqu'à un bâtiment qui avait l'air complètement neutre. Il était pourtant l'un des plus protégés au monde, sûrement, car il abritait Near et ceux qui le protégeaient, mandatés par Roger et les coffres forts de la Wammy's House. Mello poussa un juron sonore lorsqu'il fût sur le point de passer les portes, grommelant que tout ceci était ridicule et que s'il était logique qu'il rende des comptes à L, il l'était moins qu'il doive les rendre à Near...Vous comprenez, c'était son égal, il n'avait aucune envie de suivre ses ordres, et d'ailleurs, N savait sans doute qu'il n'avait aucun intérêt à user de l'impératif avec lui.

Lorsqu'il passa sa carte magnétique, les portes s'ouvrirent et, quelques pas plus loin, il eut droit à une fouille minutieuse des agents de sécurité. Il suivit le guide à travers les couloirs, trouvant que Near se la jouait vraiment beaucoup trop et arriva dans la pièce où il avait l'air d'avoir élu domicile.

Near en tenait déjà une couche à l'orphelinat, mais il ne s'était pas arrangé au Japon. Le sol aurait fait concurrence à un magasin de jouet et il pouvait observer des constructions assez impressionnantes à gauche et à droite. Mello se contenta de hausser les épaules. Il ne jugea pas pour autant et si, enfant, il aurait eu plaisir de détruire tout cela, il avait au moins acquis la maturité nécessaire pour jouer de la prudence.

« Near ? », dit-il en sortant une tablette de chocolat noir. Il croqua à pleines dents dedans. « A moins que l'on doive t'appeler L, maintenant, mais je ne ferai pas cela. Aujourd'hui, c'est le jour où je devais rendre des comptes à L. Ne compte pas sur moi pour te servir de sous-fifre. En revanche, si j'accède à la fonction de L avec toi, je suis prêt à négocier une alliance temporaire. »

Pause. Ses yeux étaient sérieux et honnêtes : Mello savait qu'il ne réussirait à rien tout seul, pas sans mourir, en tout cas. Et Kira ne méritait pas qu'on meure pour lui.
Voir le profil de l'utilisateur
Near
Near
Messages : 12
Camp ? : Alliés de L.
Re: Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N Dim 20 Jan - 12:21

Near était L.

Du moins, c'est ce qu'il en est aujourd'hui. Il le savait, on le lui avait dit, il l'avait lui-même déclaré aux agents de police qui étaient sur l'affaire Kira. L'info avait tourné partout où il le fallait, sans que le public large ne soit au courant. L était toujours là, mais maintenant, c'était Near.

Malgré cela, il était celui qui avait le plus de mal à y croire. Tout le monde le regardait, tout le monde comptait sur lui... Tout le monde le saluait, l'appelait comme L, lui donnait des dossiers, s'écrasait à chacun de ses mots, changeait sa vision du monde si Near lui-même disait qu'il fallait le faire. Et malgré tout...

Near ne se voyait pas être L. Pas d'un coup. Pas comme ça.

L était mort, pour lui. Il n'y avait plus de L, ici. Juste Near. Il avait beau être devenu « le » L, Near s'appelait toujours Near, et il se refusait quelque part à se détacher pleinement de ce nom. Il ne voulait pas que son tuteur actuel, Hajime, change sa manière de le voir ou de l'interpeller.

Hajime, qui ne l'accueillait donc plus chez lui. Depuis le passage de flambeau, Near était ici, dans cet immense bâtiment à la hauteur de la réputation de L et de son pouvoir. Mais tout ça n'était pas sien. Son mentor, le prédécesseur qui était véritablement L... c'était à lui. C'est lui, qui mérite les éloges, et les ordinateurs, et les affaires impossibles à élucider, et l'argent, et la gloire, et tout le reste. Near devait si rapidement déménager d'une maison à un immeuble, d'une identité à une autre, d'une fonction à un rôle, qu'il en était aussi perdu qu'étouffé.

L était mort. Near était son successeur.
Mais pas L.

Il ne pensait pas l'être aussi tôt, même s'il se savait capable de le devenir. Mais c'était tôt. Il avait beau être intelligent, impassible, quelque part froid et même intouchable, il restait un gamin qui venait de mettre un pied dans l'adolescence. Une personne assez lambda vous dira que c'est sa « destinée », après tout. Qu'il a été accueilli à la Wammy's pour ça. Que tout les gamins qui y logent encore sont toujours susceptibles de faire la même chose. Mais d'un autre côté... ce sont justement des gamins. Des mioches avant tout. Near n'était pas né dans l'optique de devenir L. Il n'était qu'un candidat parmi d'autres, c'est tout. Et c'était lui, le champion.

Voilà le premier prix.

« L. Mello vient vous rendre visite. »

Near hocha simplement la tête en répondant avec un « Très bien » tout à fait habituel parmi ses réponses monotones. Il devait se montrer adulte, déjà. Il devait faire abstraction du « vous » qui remplace le « tu », de l'arrivée des policiers qui, parfois, lui parlaient comme s'il était vieux. Faire abstraction de la protection qui donnait parfois l'impression d'être plus enfermé que protégé. Faire abstraction de l'absence de paternité que Hajime voulait combler, et à laquelle Near commençait doucement à s'habituer. Mais non, il n'allait pas avoir droit à plus paisible que maintenant.

Car il était un successeur de L. Et maintenant, il est L.

Lorsque le même policier fit entrer Mello, Near resta de dos, face à son parterre inondé de jouets. Le sol était de la même couleur que le parquet de la Wammy's, où là-bas aussi il restait assis tout le temps. Mais il y avait là quelque chose de différent... Plus de froideur. Pas de rayons de soleil. Pas cette même petite ambiance qui rappelait qu'à Winchester, on était encore de moitié à l'abri du rôle du plus grand détective au monde. Il n'allait plus jamais revoir ce parquet.

- Vous pouvez nous laisser seuls, annonça Near au policier qui s'en alla sans plus de cérémonie.

Cette obéissance sans discuter faisait un peu froid dans le dos. Il suffisait seulement d'être L pour qu'on fasse ce que vous voulez. Personne ne devrait suivre les ordres d'un jeune garçon de 13 ans.

« Near ? »

Lui et Mello n'étaient pas amis, et pourtant, ils se connaissaient bien. Cette rivalité entre eux, au final, elle était un peu imaginaire. Mello s'était mit en tête qu'il fallait surpasser celui qui avait « volé » sa place, tandis que Near ne cherchait ni à garder sa place, ni à être au-dessus de Mello. Il était naturellement « plus doué » que lui, et voulait seulement bien faire dans cet orphelinat. Puis, les rumeurs, les résultats, les on-dits sur eux... tout était là comme si c'était fait exprès. Near ne détestait pas Mello. Mais il savait ce dernier suffisamment têtu pour devoir abandonner toute tentative d'entente.
Malgré ça, entendre le Russe ici, dans cette pièce, effaçait de moitié ce sentiment d'oppression. Avec lui, il était Near. Et pas L. Et ironiquement, rien ne pouvait le mettre plus à l'aise qu'un Mello qui dit sérieusement « à moins que l'on doive t'appeler L, maintenant, mais je ne ferai pas cela ».

« En revanche, si j'accède à la fonction de L avec toi, je suis prêt à négocier une alliance temporaire. »

Near se retourna alors vers lui ; ou plutôt, il tourna la tête pour qu'elle passe par-dessus son épaule. S'il y avait bien une chose à laquelle il ne se serait jamais attendu de sa part, c'était bien celle-là. Collaborer avec « son rival », jamais l'albinos ne l'aurait refusé. Il a même songé plusieurs fois à le lui proposer. Que ce soit durant les travaux de groupe à la Wammy's, ou bien même rien que pour partager quelques informations une fois au Japon. Mais jamais il ne l'avait fait, s'attendant toujours à un refus catégorique (et même insultant, pour la forme) du blond. Or, c'était lui, cette fois, qui venait pour le lui proposer.

Le temps que la surprise ne fasse le tour de son cerveau, Near tourna le reste de son corps d'un quart, faisait presque profil et face à Mello.

Near ne souriait pas. Il en était capable, mais face à lui, il y avait comme un mur. Un truc qui l'en empêchait. Une sorte d'appréhension de la quelconque réaction du Russe si jamais ça arrivait. Dire que l'Anglais n'avait même pas pu en placer une avant qu'il ne parle... Malgré l'impassibilité qu'on lui connaissait bien, il demanda de sa voix monotone toutefois légèrement décalée par une petite surprise :

- Tu es vraiment venu jusqu'ici pour me proposer cela ?

Clairement, Near était prit au dépourvu. C'est que tout s'enchaînait vite, en ce moment... Il regarda une carte de jeu posée au sol, fuyant quelque peu le regard de Mello en essayant de réfléchir. Cette carte, il ne la quitta pas des yeux.

- Je n'ai pas encore accédé à tout les documents de L, avoua-t-il sans dire aussi que son inconfort l'en avait empêché. Et je n'aurai jamais cru, vraiment, que tu penserais à collaborer.

Ses doigts pâles viennent alors tripoter le coin du 4 de cœur.

- J'accepterais, Mello... si c'est vraiment ce qui te convient.

Il devait y avoir quelque chose, n'importe quoi, caché là-dessous. Il ne fallait pas que Near se laisse emporté par cette part de tranquillité qui était en train de l'assaillir. Il devait réfléchir plus posément à la moindre de ses actions. En tant que L.
Voir le profil de l'utilisateur
Mello
Mello
Messages : 143
Camp ? : L
Re: Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N Jeu 24 Jan - 21:47

Mello soupira profondément avant de mordre de nouveau dans une énième tablette de chocolat qui avait poppé dans sa main de manière parfaitement fortuite.

Il n'aimait pas le fait que Near soit devenu L, non pas qu'il ne le méritait pas, mais que toute cette effervescence autour de lui, tous ces gens qui le traitaient comme s'il était un morceau de porcelaine qui ne menaçait que de se casser, Mello n'aimait pas ça. Il trouvait que l'atmosphère ambiante puait le faux-cul et le lèche-bottes et plaignait un peu Near (un peu, bien sûr, seulement, et il n'aurait jamais accepté de le dire à haute-voix pour des raisons évidentes de fierté aiguë). Cette future collaboration s'annonçait évidemment difficile et le blond était venu ici sans en souffler mot à Billie, ni même à Matt, avec qui il parlait normalement de tout. Il n'avait aussi rien dit à Charlie, cette jeune fille avec qui il avait parlé avant de se faire recruter par Uso, cette organisation criminelle aux drôles de but. Non, Mello avait pour une fois décidé de jouer toutes les cartes présentes sur la table. Il avait subi de plein fouet la mort de L, enduré le deuil et la colère d'être lui-même un meurtrier.

Il était passé à autre chose, en fait, depuis qu'il avait tué un homme. Il s'était senti évoluer et il avait sûrement compris que battre Kira était impossible seul. Alors, avec Near ? Cela lui semblait être quelque chose de tout à fait possible, surtout que L leur avait déjà prémâché le travail.

Il y avait quelques semaines à peine, le ton que Near employait pour lui parler de collaboration aurait eu le don de l'énerver. Il l'aurait envoyé valser tellement loin dans la pièce qu'il n'aurait même pas eu la force d'appeler ses gardes du corps en secours. Aujourd'hui, il restait droit devant lui, continuant de mordre nerveusement cette tablette de chocolat, ses yeux refusant d'arrêter de fixer Near qui, lui-même, jouait.

« Évidemment que je viens collaborer, je n'ai pas le choix. Tu n'as pas le choix, non plus, tu le sais bien. Je suis ta caution sortie. Matt l'a dit : seul, je vais sûrement prendre tous les risques et me tuer. Il m'a piqué une crise, t'imagines même pas. Mais t'imagines pas non plus que je vais jouer la dînette avec toi ou te tricoter des robes pour tes poupées ! »

Mello s'assit sur le sol, à la hauteur de Near. C'était une des premières fois qu'il le faisait, trop occupé auparavant à le surplomber pour lui faire comprendre qu'il était le meilleur, qu'il était le plus fort. Il ne comptait pas non plus se faire du blanc un ami, ni même lui proposer de partager un chocolat qui lui était cher. Pour la première fois, il regarda tout autour d'eux et constata à quel point cette pièce était oppressante : le blond grimaça, se rappelant de la couleur sans émotion du sol de la Wammy's House, puis se remit à parler.

« Prends ton temps pour récupérer les archives de L, mais moi, je te parie beaucoup de choses qu'il y a des choses louches chez les Yagami. L m'avait envoyé infiltrer le lycée de Sayu, et son frère a l'air beaucoup trop parfait pour ne rien savoir. Et si l'intuition de L était correcte, à savoir que Kira fait partie des gosses des agents de police, je serai d'avis de creuser dans cette voie-là. », Mello s'arrêta quelques petites secondes avant de communiquer cette information capitale concernant son avancée. « Il y a Uso, également. Tu es bien placé pour savoir ce que je leur ai fait. Étonnamment, ils m'ont recruté chez eux. Je n'ai pas dit non, évidemment, mais je serai prudent, certains veulent ma mort. Je les surveillerai de près, ce ne sont pas des gens avec qui on peut blaguer et si nous sommes amené à jouer avec la légalité, ton image ne serait pas entachée.  Ce n'est pas un service, blandin. Me dis pas merci, et t'avise pas de me payer comme un de tes employés, nous sommes égaux. »

Egaux. Egalité. Le mot était prononcé et admis par Mello.

« J'aimerais bien commanditer l'enlèvement de Sayu Yagami pour voir la réaction de son frère, mais j'hésite un peu encore. La mort de L est bien trop fraîche, et je ne suis pas assez puissant dans Uso. »
Voir le profil de l'utilisateur
Near
Near
Messages : 12
Camp ? : Alliés de L.
Re: Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N Mar 5 Fév - 20:28

Comme ils le faisaient toujours à la Wammy's, Mello déblatérait sur ses jouets et Near l'ignorait. Ou plutôt, il l'écoutait sans en montrer le moindre signe. Mais le Russe savait, qu'il l'écoutait, tout de même... n'est-ce pas ?

L'Anglais leva toutefois les yeux de ses cartes lorsqu'il distingua la silhouette du blond changer de forme pour montrer qu'en fait, il s'asseyait près de lui. Comme s'il ne suffisait que de ça pour qu'il le tire de son univers de jeux, l'albinos le regarda sans hésitation dans les yeux et ne tripota presque plus ses affaires. Mello à sa hauteur, c'était un Mello atteignable, pour lui. Et Dieu sait comme ce genre d'occasions est en fait si rare qu'on pourrait le qualifier de miracle.
Peut-être qu'en fait, Dieu lui-même n'en revient pas non plus.

Toutefois, lorsqu'il se remit à parler, Near s'intéressa à nouveau à ses cartes. Il avait besoin de toucher des choses pour enregistrer les informations, les faire travailler, et répondre en conséquence. En plus, parler avec Mello, c'était toujours un risque de le vexer sans le vouloir, alors autant être attentif et penser avant d'ouvrir la bouche. Heureusement que ce gosse déteint dans la javel parlait toujours intelligemment.
Même si, à 13 ans, on avait juste envie d'agir comme l'âge qu'on possède.
Comment faisait L, à l'époque ? Quand il avaient les mêmes années qu'eux ?

Near garda la tête baissée, mais ses yeux noirs glissèrent toutefois vers le visage de son rival lorsque ce dernier avoua faire dorénavant partie d'Uso. Voilà bien une chose que Near pouvait constamment lui reprocher. Et ce, depuis leur rencontre à l'orphelinat.

Mello se précipitait également sur ce que Near aurait prévu de faire avec cette information. Il déblatérait sans même attendre que l'Anglais réponde. Voilà bien une chose que Near pouvait constamment lui reprocher.

Et voilà qu'il songe à l'enlèvement de Sayu Yagami, mais, tiens, peut-être est-ce encore trop tôt. Et si ça n'était qu'une vague plaisanterie, il n'y croirait pas. De la bouche de l'aîné, ce genre de bêtises est très souvent sérieux.
Voilà bien une chose... que Near pouvait constamment lui reprocher...

- Mello, fit-il seulement lorsque le blond eut terminé. Ne te précipite pas.

C'était sûrement une remarque qu'il lui avait déjà balancé, une, deux... six, sept fois... Angleterre et Japon compris. Les cartes se retournaient plus vite : Near réfléchissait en rassemblant les informations qu'il venait de récupérer. Les yeux noirs suivirent alors le rythme.

- Tu as fais quelques pas dans les suspicions de L concernant la famille Yagami, mais ce n'est pas assez pour se lancer dans de tels risques. Et puis... un enlèvement n'apporte pas que de l'organisation vis-à-vis de la victime. Son père est commissaire, il fait partie de la cellule de crise anti-Kira. Même si tu leur livrais d'entrée de jeu un message dévoilant tes intentions, tu ne resteras à leurs yeux qu'un criminel qui force les négociations par la violence. Surtout si tu fais désormais partie de Uso. Dans la police, peu importe de quel côté on est : un kidnapping est un acte que la police tente de résoudre.

Il plissa les yeux en constatant la construction de cartes à plat qu'il avait posé sur le sol.

- Kira pense faire le bien en sauvant le monde des criminels en tuant ces derniers. Uso pense faire le bien en agissant contre Kira en usant de violence comme le meurtre, pour forcer le peuple à se tourner vers lui.

Il leva alors à nouveau ses prunelles vers lui, relevant un genou pour y poser son menton. Il semblait... aussi sérieux que fatigué, à lui dire que :

- Les deux camps agissent de la même manière.

Et surtout, ce qu'il pourrait lui reprocher constamment :

- Tu as toujours été dans l'excès.

Pour Near, il était en fait beaucoup plus simple de parler grâce à (ou à cause de) leur rivalité plutôt qu'en tant qu'un L pour lequel il avait encore du mal à se faire passer.
Voir le profil de l'utilisateur
Mello
Mello
Messages : 143
Camp ? : L
Re: Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N Lun 11 Fév - 16:26

Near avait toujours été un élément énervant, chiant, calme ou sinistre. Chacune de ses interventions avaient eu le don passé d'énerver Mello au plus haut point, si bien que l'un et l'autre savaient qu'une rencontre pouvait à tout moment déboucher sur un affrontement, d'un seul côté, celui de Mello, car les nerfs du blondin étaient fragiles, susceptibles.

« Tu as toujours été un trou du cul. », lui répondit-il.

En rencontrant Near, en lui confiant ce qu'il avait déjà fait pour avancer dans l'affaire Kira, Mello aurait dû se préparer à rencontrer les critiques de Near. À un moment, il se demanda même pourquoi il avait confié son idée concernant l'enlèvement de Sayu Yagami : il aurait mieux fait de se la fermer et d'exécuter son plan lorsqu'il aurait été à maturation : certainement pas maintenant, donc.

Near avait une critique pour tout ce qu'il avait accompli. Pour son implication dans Uso alors même qu'il s'était tant fait remarquer au parc, pour ses plans dans le futur. Mello se releva, sentant que quelque chose n'allait pas être possible. Il se retint d'épingler Near contre un mur car, visiblement, il en avait très envie. Il était venu ici sans aucune autre intention que de s'allier avec lui, et voilà qu'on le critiquait.

Le russe tenta de retrouver un calme. Un calme qu'il n'avait jamais eu, qui, pourtant, l'aurait bien aidé dans bien des situations. Il souffla, une fois, deux fois. Détourna le regard des légos pour ne pas avoir envie de leur faire subir ce que la météorite géante avait fait aux dinosaures.

« Bon. Que ce soit clair. Tu rajoutes ou tu critiques le moindre autre truc sur moi, Matt ou mon boulot et je te frappe. Je sais que les conclusions que j'ai ne sont pas abouties. Je ne compte pas enlever Yagami de sitôt et si j'ai accepté le contrat avec Uso, c'est plus pour les surveiller qu'autre chose. Je suis parfaitement au courant de tout ce que tu viens de dire et ce sont certainement ce genre de raisons qui m'empêchent d'agir de suite. »

Il pointa le doigt vers Near, ou plutôt se rapprocha de lui si près que son doigt appuyait sur le pyjama blanc du nain. Il articula bien :

« Je te propose d'être un agent double, pauvre nouille. Je suis au courant que c'est risqué, que je risque de me salir les mains de nouveau et que ce n'est pas légal. Mais je ne pense pas que tu puisses refuser...Uso s'est un peu trop fait remarquer au parc et il te faut quelqu'un dans la place pour jouer ce rôle. Je refuse cependant que tu me donnes des ordres ou quoique ce soit...nous collaborons, je ne suis pas ton chien. »

Il s'éloigna aussitôt : c'était au dessus de ses forces. Il mordit immédiatement dans une ultime tablette de chocolat avant de penser de nouveau Matt : quand il l'apprendrait, serait-il fier de lui ? Il n'avait pas frapper Near, il l'avait à peine effleuré et son langage avait été châtié, si on ne prenait pas en compte le fait qu'il l'avait traité de « pauvre nouille ».

L'arôme du produit était amère, mais elle lui faisait du bien. Elle l'empêchait de voir de trop près la situation dans laquelle il se trouvait, les murs de cet endroit et le reste. Il pouvait resté concentrer sur sa partie de poker en cours, sur Near. Ne pas le frapper, surtout, ne pas le frapper : c'était tout de même L, maintenant.

« As-tu entendu parler du Kira tueur de fans de Kira, toi qui sait tout ? », fit-il, haussant vaguement le ton comme s'il ne pouvait contenir son énervement.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Ici, c'est tous les jours le printemps ! { N

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Mission] C'est pas facile tous les jours
» IT'S DELICIOUS - 25/01 à 13h35.
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Joyeux noel à tous!
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG :: Tokyô :: Le quartier d'affaires :: QG de Near-
Sauter vers: